TEC 205 : L'automobile, demain : produits et usages
31/03/2010
EDITORIAL : Automobile : révolution ou évolution responsable ? - François-Xavier de CHARENTENAY, ancien directeur de la Recherche, PSA
Ces dix premières années du XXIe siècle, période de prise de conscience écologique, se sont terminées par plusieurs événements marquants, le 'Grenelle" de l'environnement, le projet de taxe carbone, Copenhague. Le "peak oil" et "quelques degrés de plus" font partie de l'univers automobile considéré comme un des responsables les plus visibles d'un avenir incertain.
> en savoir +
L'automobilisme en France, retour sur une durable acceptation - Mathieu FLONNEAU, maître de conférences en histoire contemporaine
La France est le pays où se déroule tous les deux ans depuis 1998 le "Mondial" de l'automobile qui est le salon de ce genre le plus fréquenté au monde : ce simple rappel mérite un mise en perspective historique.
> en savoir +
La spirale de dépendance automobile - Gabriel DUPUY, professeur à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur du CRIA (UMR CNRS 8504)
L’automobiliste bénéficie d’effets de club et de réseaux qui accentuent fortement son avantage au fur et à mesure que croît la taille du système automobile. Le non-automobiliste cherche à devenir lui-même automobiliste... S’enclenche alors un processus cumulatif, la dépendance.
> en savoir +
La demande automobile face à la question environnementale - Gabriel PLASSAT, ADEME
Le futur de l’automobile est intimement lié aux évolutions des mobilités. Cet article rappelle les principes et les objectifs à atteindre. En partant ensuite de l’histoire automobile, il identifie les changements majeurs technologiques, sociaux, comportementaux, qui pourraient nous permettre, collectivement, de mettre en œuvre des mobilités adaptées aux enjeux du 21e siècle.
> en savoir +
Se déplacer au quotidien : la question sociale aujourd'hui - Marie-Hélène MASSOT, directrice de recherche INRETS - Laboratoire Ville Transports
Les inégalités dans l’accès à la mobilité automobile se sont fortement réduites au cours des cinquante dernières années. Cependant, le changement de contexte spatial provoqué par la généralisation de « l’automobilité » a entraîné de nouvelles formes d’inégalités, notamment dans une perspective d’augmentation du coût de la mobilité. Cette dynamique territoriale conduit à reformuler la question sociale de la mobilité et de son expression politique.
> en savoir +
La question territoriale : une autre façon de considérer les rapports entre mobilité et aménagement - Marc WEIL, Urbaniste
L’organisation territoriale, urbaine et régionale, peut-elle aider à relever les défis énergétiques et environnementaux de demain ? Assurément, mais si le discours des urbanistes sur la question depuis trente ans n’a pas été entendu c’est que les urbanistes faisaient une erreur d’analyse, en même temps qu’ils sous-estimaient les intérêts sociaux et économiques qui transformèrent l’organisation territoriale dans cette période. La densité, prônée par les urbanistes, ne se décrète pas mais dépend largement des conditions de mobilité du moins tant que la demande sociale en habitat sera demandeuse de plus d’espace. Comment sortir de cette contradiction ?
> en savoir +
Crise et soutenabilité du développement de l'industrie automobile - Bernard JULLIEN, directeur GERPISA
La crise actuelle, sa durée et sa gestion conduisent à poser partout la question de la soutenabilité du développement automobile dans les modalités qui ont été le sien depuis une quinzaine d’années au moins. Les développements ci-dessous prolongent ceux relatifs aux clés de performance des constructeurs automobiles, présentés en première partie de ce numéro spécial.
> en savoir +
Quels marchés pour quels petits véhicules urbains ? Marie-Hélène MASSOT, Jean-Pierre ORFEUIL, Laurent PROULHAC, Université Paris Est
Afin de réduire les impacts environnementaux de l’automobile thermique, une autre piste, moins présente aujourd’hui sur l’agenda politique, peut être explorée : celle des « petits véhicules urbains », qui se définissent par différence avec un véhicule généraliste. C’est à un essai de repérage des apports potentiels de ces types de véhicule qu’est consacrée cette recherche.
> en savoir +
La petite voiture urbaine existe-t-elle, ou faut-il l'inventer ? Oliver PAUL-DUBOIS-TAINES, CNISE, président du comité transport
Les petits véhicules urbains – plus légers, moins encombrants et moins consommateurs d’énergie –, sont-ils effectivement proposés sur le marché ? Leur usage est-il facilité par les autorités gestionnaires de la voirie ? Les constructeurs d’automobiles sont-ils incités à les développer ? Entre les utilisateurs potentiels, les constructeurs automobiles, et les collectivités territoriales, qui attend qui pour franchir le pas ?
> en savoir +
Le vélo dans nos villes - Faible présence, fort potentiel - Hubert PEIGNE, coordinateur interministériel pour le développement de l'usage du vélo
Avec la marche à pied, le vélo est vraiment l’outil majeur de la « Mobilité pour Tous », – mais au potentiel encore bien peu utilisé – dès lors qu’on offre aux citoyens de tous âges et toutes conditions une réelle possibilité d’y recourir.
> en savoir +
Quelle voiture pour demain ? Le point de vue de Robert GIRAUDON, géologue et docteur ès sciences - membre comité transport du CNISF
> en savoir +
Le moteur thermique, incontournable pour diviser par 2 la consommation d'énergie et les émissions de CO2 - André DOUAUD, Carenext Conseil
Quels moteurs, quelles énergies pour l’automobile de demain face au pacte environnemental qui lie désormais et pour longtemps la mobilité automobile et les énergies dont elle a besoin ? De fait, c’est sur les carburants liquides et les moteurs thermiques très majoritaires pour encore longtemps qu’il faut bien compter pour réduire massivement la consommation d’énergie des transports routiers en vue du respect de la réglementation européenne à 120+10 gCO2/km pour les nouveaux véhicules de?2012 à?2015. Comment est-ce possible ?
> en savoir +
Les véhicules Thermiques-hybrides : avantages et inconvénients des différentes formes possibles de recharge - Joseph BERETTA, PSA Peugeot - Citroën
Il existe de nombreuses possibilités pour réaliser l’hybridation thermique/électrique.
C’est essentiellement dans les phases urbaines de roulage que les groupes motopropulseurs (GMP) hybrides permettent des réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre. Explorer les meilleures adaptations entre les moteurs à combustion interne, les moteurs électriques et les batteries ouvre des voies à des véhicules adaptés aux différents usages des marchés européens. La maîtrise des phases transitoires pour assurer confort et sécurité sera un élément déterminant.
> en savoir +
La voiture électrique : tentative de bilan global - Daniel AUGELLO, ex-directeur délégué à la politique transport Renault, ex vice président ERTICO
Annoncée pour une commercialisation de masse d’ici 2011/2012 la voiture électrique doit encore faire ses preuves pour effectivement sortir d’un marché de niche. Les futurs clients « lambda » pèseront attentivement ses avantages et inconvénients.
> en savoir +
Créer les conditions d'un essor du véhicule électrique en France d'ici 2020 : Jean-Louis LEGRNAD, coordinateur interministériel
Comment, après plusieurs tentatives infructueuses, faire émerger un véritable marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables – dénommés VEx par la suite – en France ? Si bon nombre des conditions sont aujourd’hui réunies, l’ampleur et la vitesse du développement dépendront largement du volontarisme des acteurs industriels et des pouvoirs publics, État et collectivités territoriales, notamment pour les infrastructures de recharge.
> en savoir +
L'allégement des véhicules automobiles - Jean DELSEY, conseiller scientifique, INRETS
L'allégement des véhicules automobiles constitue un enjeu vital pour la réduction de la consommation énergétique. Et pourtant, depuis près d'une vingtaine d'années, dans chacune des classes de véhicules, la masse a augmenté de manière semble-t-il irréversible. Cette augmentation de masse ne s'est pas traduite par une augmentation de la consommation grâce à de nombreux progrès techniques, mais on arrive maintenant à une limitation technico-économique. L'allégement doit donc être réalisé. Des solutions existent, et il faut en examiner les contraintes, les objectifs et peut-être les limites.
> en savoir +
L'autopartage, un chaînon manquant dans l'offre de mobilité - Pierre FEDICK, ancien directeur de Proximay
La notoriété médiatique de l’autopartage interpelle au regard de sa réelle emprise sur le monde de la mobilité. Cette pratique, en forte croissance (+20 % par an), est encore peu connue du Grand public, mais pourrait devenir une alternative à la propriété individuelle de la voiture. S’agit-il d’un épiphénomène économique « surcommenté » qui illustre de nouvelles manières de consommer (pay per act) ou de l’amorce d’un changement de comportement qui révèle la fin du monde du tout-automobile, voire les deux à la fois, intimement mêlés ?
> en savoir +
La hiérarchie de l'espace public : un levier pour de nouveaux usages de l'automobile - Olivier PAUL-DUBOIS-TAINE, CNISF
Aujourd’hui, la voirie publique est majoritairement réservée à la voiture automobile. Un tel partage de l’espace public ne peut-être que remis en cause dès lors qu’il existe des offres de mobilités alternatives, moins encombrantes, moins polluantes et moins consommatrices d’énergie par personne transportée : transports collectifs, vélos et deux roues motorisées, petites voitures urbaines éventuellement électriques…
> en savoir +
Les constructeurs automobiles et les clés de leurs performances avant, pendant et après la crise - Bernard JULLIEN, directeur GERPISA
Pourquoi la crise de 2008-2009 a eu l’ampleur que l’on sait pour l’industrie automobile mondiale ? Il faut pour le comprendre analyser le régime dans lequel elle s’était installée depuis une vingtaine d’années, aggravée par les effets pervers des formes de croissances économiques d’un certain nombre de pays. La transition et la sortie de crise conduit à une forme de renégociation de la place de l’automobile comme objet et comme industrie dans les économies nationales.
> en savoir +
De nouvelles pistes d'actions pour les gestionnaires d'infrastructures et exploitants de réseaux - Bernard BASSET, président de l'ATEC
> en savoir +