TEC 222 - Transports Publics et Innovations
10/01/2014
Editorial Charles-Eric LEMAIGNEN, Président de la communauté d'agglomération Orléans-Val de Loire - Vice-président du GART

La mobilité urbaine est plus que jamais une politique centrale pour nos concitoyens et pourtant le modèle de financement du transport public urbain en France est à bout de souffle.


Voyons d’abord du côté des recettes. 

> en savoir +
Les transports en commun à Madrid : un système intégré pour le développement durable - A. Monzon, professeur, Ecole des Ponts et Chaussées, Madrid

Le grand Madrid se présente comme l’une des quelques grandes métropoles européennes où la mobilité globale en transports publics dépasse celle en voiture particulière, avec une répartition des déplacements motorisés à 54 % en transports publics et 46 % en véhicules privés (CRTM, 2006). Dans la seule ville de Madrid, la répartition est encore plus favorable aux transports publics, qui atteignent 61 % de tous les voyages motorisés. Cette situation a été favorisée par la création du Consortium régional des transports de Madrid (CRTM) en 1986 en tant qu’autorité unique de transport public, dont les compétences s’étendent à Madrid et aux municipalités qui y adhèrent volontairement.
 

> en savoir +
Dix ans de politique de transport à Paris - François Prochasson, Ville de Paris

Les résultats d’enquêtes menées en 2001 puis 2010 en Ile-de-France sur la mobilité quotidienne ont surpris bien des experts, pris de court par l’importance, à Paris, de la baisse de l’automobile et de la croissance des transports collectifs et du vélo. François Prochasson a suivi de l’intérieur la mise en place des politiques de déplacements pendant les deux mandats de Bertrand Delanoë. Il dirige aujourd’hui le pôle mobilité durable de la direction de la voirie et des déplacements de la ville. Cette position stratégique lui permet de faire le lien entre ces évolutions rapides de la mobilité et les stratégies municipales : redistribution de la voirie au profit des transports collectifs et du vélo, et création de nouvelles offres de mobilité.

> en savoir +
Des axes express pour un usage plus multimodal des voies structurantes d’agglomération en Île-de-France- Anne Salonia, STIF, Ghislain Frambourt, DIRIF

Le nouveau Plan de déplacements urbains d’Île-de-France (PDUIF) fixe le cap des politiques de déplacements en Île-de-France d’ici à 2020. Pour diminuer la circulation automobile, il promeut un nouveau partage de la voirie. 

Le réseau de voies structurantes d’agglomération (VSA) est très développé en Île-de-France, et il est concerné au premier chef par ce nouveau partage de la voirie. En particulier, le PDUIF envisage le développement de voies réservées aux bus, covoiturage et taxis. Afin de déterminer les projets à réaliser en ce sens, le STIF et la DIRIF, forts des expérimentations déjà menées en Île-de-France et en province, ont mené un programme de travail commun en partenariat avec la Région Île-de-France qui a permis de poser les enjeux, d’identifier des projets et de finaliser un programme d’investissement à réaliser d’ici à 2020. 

> en savoir +
Le projet Ellisup - Philippe Grand, Directeur des affaires institutionnelles - IVECO

Un concept novateur pour le transport public de demain

Sous l’appellation ELLISUP, le projet porté par Iveco Bus et ses partenaires se concrétise par un Concept Bus particulièrement novateur, qui a été dévoilé en « Première Mondiale » à Busworld Courtrai en octobre 2013. Ce véhicule a été aussi exposé aux 24e Rencontres Nationales du Transport Public à Bordeaux en novembre 2013 sur le stand EDF.

> en savoir +
Le transport urbain par câble aérien en milieu urbain Questions à Philippe Peyroux, GART

Vice-président de la COBAS (Communauté d’Agglomération du Bassin d’Arcachon Sud) de 2001 à 2012, Philippe Peyroux a été administrateur et vice-président du GART (Groupement des Autorités Responsables de Transport) de 2010 et 2014. Il a présidé la commission Innovations du GART et c’est à ce titre qu’il s’est intéressé aux potentialités du transport par câble en ville et qu’il continue d’en assurer la promotion. Très investi également sur les questions liées au SIM et à la billettique, Philippe Peyroux est vice-président de l’Agence Française pour l’Information Multimodale et la Billettique (AFIMB).

> en savoir +
Tramway vs BHNS : une saine compétition pour une mobilité urbaine performante - Julie de Brux, Chercheuse associée à la Chaire E-PPP

 


Etalement urbain, attractivité des territoires, détérioration des finances publiques, besoins croissants de mobilités fiables et nécessité d’un développement durable (considérant la contrainte environnementale), sont les termes d’une équation que de nombreuses villes, grandes et moyennes, ont pour mission de résoudre. Dans cet article nous proposons d’analyser en quoi les transports publics contribuent à répondre à cette problématique. Plus précisément, nous éclairons certaines variables du choix entre le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) et le Tramway. Nous détaillons quelques-unes des optimisations possibles permettant de satisfaire l’ensemble des contraintes posées par l’équation initiale.

> en savoir +
Les lignes routières internationales, un cas d’école de destruction de valeur à la française- Alain Descamps

A la différence de la plupart des autres transports publics par autocar, les lignes routières internationales constituent une activité rentable qui ne bénéficie d’aucune subvention publique. Vertueuses sur le plan de l’environnement, accessibles au plus grand nombre, elles pourraient contribuer, à la mesure de leur marché en déclin sous l’assaut des compagnies aériennes low-cost, à l’enrichissement national. Malheureusement, une politique irrationnelle bride leur épanouissement, tandis que les opérateurs historiques ne s’adaptent que très lentement à l’entrée sur le marché de nouveaux concurrents.

> en savoir +
Cas français et perspectives européennes : Gestion des gares et ouverture à la concurrence - Nacima Baron, Professeure des Universités LVMT

Introduction

L’article s’appuie sur l’expérience de deux années et demie de direction d’une Chaire associant le laboratoire Ville Mobilités Transports de l’École des Ponts et la SNCF, à travers sa filiale Gares et Connexions. Ce dispositif, présenté en encadré, constitue un bon poste d’observation des mutations de la gouvernance des gares.

> en savoir +
L’ouverture des données du transport, une opportunité ? Simon Chignard, Consultant

La donnée de mobilité : une diversité des objets et des statuts

Les données liées à la mobilité et aux transports présentent une très grande diversité. Diversité des sources (institutionnelles, officielles, collaboratives, ...) et du statut des producteurs (service public ou non).

 

> en savoir +
Synthèse du livre blanc NFC établi - Réussir son projet de services sans contact - Issam Balaazi , CEPHEID Consulting - Yéhia Khalife, Artelia

Quelques clés de lecture à destination des collectivités locales

INTRODUCTION

La diffusion des technologies sans contact en France via le mobile et les cartes semble s’accélérer (mi-2014, on comptabilisait plus de 6 millions de mobiles NFC1, plusieurs millions de cartes sans contact de transport et plus de 22 millions2 de cartes bancaires sans contact) et permet aujourd’hui aux acteurs publics d’envisager sérieusement de nouveaux services aux citoyens. 

Depuis l’appel à projet de 2011, dans le cadre des investissements d’avenir définis dans la loi de finance 2010 et la sélection de 17 villes pilotes, de nombreux projets de passes multiservices, soutenus par les aides de l’État, ont été lancés dans plusieurs métropoles (Nice, Caen, Strasbourg, Bordeaux, ...)

1. Source : AFSCM, mai 2014.
2. Source : www.cartes-bancaires.com, juin 2014.

 

> en savoir +
Une indispensable amélioration de la performance économique des réseaux de transport public urbain - Bruno Faivre d'Arcier, LET, Université de Lyon

Malgré la volonté des Autorités Organisatrices de Transport de favoriser la mobilité durable,
et bien que l’on observe un accroissement significatif de l’offre et une progression des voyages,
le transport public urbain va connaître une situation difficile. Son mode de financement, efficace
pendant de longues années, s’essouffle, et les difficultés budgétaires actuelles des collectivités locales ne permettent plus d’assurer un déficit sans cesse croissant. Cet article analyse dans un premier temps les raisons du succès de la relance des transports publics urbains, avant de souligner les conséquences inquiétantes de la dérive des déficits d’exploitation. La recherche d’une certaine performance économique des réseaux est désormais à l’ordre du jour, afin d’assainir leur situation financière, ce qui suppose d’innover tant sur le produit que sur ses sources de financement. Les pistes sont nombreuses, mais nécessitent des décisions courageuses, par exemple en matière de tarification de la mobilité urbaine. 

> en savoir +
Le tram-train, de l’hybridation du matériel à celle des infrastructures ? Pierre Zembri, Directeur du Laboratoire Ville, Université Paris-Est

Le tram-train est une réinterprétation contemporaine de tramways interurbains qui utilisaient en
extrémité de parcours les voies des réseaux urbains en profitant d’une parfaite compatibilité technique.
De telles connexions ont eu cours dans la plupart des villes européennes jusqu’au démantèlement des uns et/ou des autres. Il en demeure encore quelques exemples comme celui d’Innsbruck (Stubaitalbahn). Le début des années 1990 a vu apparaître une première formule de connexion de réseaux urbains existants ou en création avec le réseau ferré national en Allemagne : le zweisystem stadtbahn (littéralement : tramway bi-systèmes). D’abord développé autour de Karlsruhe en 1992, il a ensuite essaimé dans d’autres agglomérations moyennes comme Sarrebruck ou Kassel. Le « modèle de Karlsruhe » a fait de nombreux   envieux en France, mais peu de réalisations peuvent vraiment s’y rattacher directement.
Cet article tente d’en dresser une typologie tout en démontrant que l’on s’achemine désormais vers une nouvelle catégorie d’infrastructure isolée du réseau ferré national, ce qui n’était pas l’objectif premier.

> en savoir +
LAURÉATS DU CONGRES 2014 (suite)

Les ITS Vertes, une nouvelle approche pour gérer les collisions animales

Anne-Sophie CROYAL, Coordinatrice des continuités écologiques, CG Isère - Fabienne GAILLARD, Chargée de Mission CG Isère et Simon Fauchard, Ingénieur d'études, Neavia Technologies

RÉSUMÉ

Le Conseil Général de l’Isère coordonne le projet « Couloirs de vie » ayant pour objectif de restaurer les corridors biologiques entre les massifs de Chartreuse, Vercors et Belledonne et ainsi
de préserver les espèces animales. 6 corridors ont été identifiés entre ces massifs, dans la vallée du Grésivaudan et la cluse de Voreppe. Différentes actions sont menées pour les restaurer et
les préserver dont l’implantation de détecteurs de faune sur 7 sites pilotes.

 

> en savoir +
LES ITS AU SERVICE DE L’INNOVATION SOCIALE DANS LES TRANSPORTS - Philippe Fournand et Céline Loyen, Algoé

INTRODUCTION

Les Systèmes de Transports Intelligents (ITS) sont communément appréhendés comme un ensemble de technologies, de procédés et de services ayant pour but d’optimiser la mobilité, de rendre l’offre de transport plus intelligible et la gestion plus intelligente.
Les ITS contribuent à optimiser les impacts économiques, environnementaux et sociétaux de la mobilité. Les services et systèmes ITS peuvent aussi être à la source d’innovations sociales par la mise en capacité des usagers (du moins un certain nombre d’entre-eux) et par l’évolution même des modèles économiques qui font de la valorisation du réseau d’usagers (la multitude décrite par Henri Verdier et Nicolas Colin dans leur ouvrage « L’âge de la multitude : entreprendre après la révolution numérique ») facteur essentiel d’avantage compétitif pour les entreprises et les acteurs qui savent, précisément, tirer partie de la multitude. 

> en savoir +