TEC 226 - Apports des ITS à l’adaptation au changement climatique
30/06/2015
Editorial - Christian PHILIP, Président de CODATU

Les uns après les autres, les rapports du Groupe International d’Experts sur le Climat sont de plus en plus clairs : d’une part les activités anthropiques sont à l’origine d’un dérèglement climatique de grande ampleur, d’autre part, il est impératif de maintenir l’objectif de 2 °C à l’horizon 2100 pour limiter les conséquences désastreuses pour l’humanité et pour la planète, et enfin, les actions menées jusqu’à présent ne sont malheureusement pas à la hauteur des enjeux. Au cours de la conférence COP21 qui se tiendra début décembre 2015 à Paris, les nations du monde entier devront finaliser un accord global suffisamment ambitieux pour contribuer à réguler les émissions de gaz à effet de serre.

> en savoir +
Le défi de la transformation de la mobilité urbaine dans les villes émergentes - Julien ALLAIRE, Délégué général CODATU

En soi, le climat n’est pas la première raison d’agir dans le secteur du transport urbain. Les questions de congestion, d’accessibilité, de sécurité routière ou de pollution de l’air ont beaucoup plus d’importances pour les décideurs. Toutefois étant donné la dynamique de croissance des émissions dans la mobilité urbaine, il n’est plus possible de garder la même trajectoire si l’on veut répondre à l’objectif des 2 °C. Les villes émergentes, dont la croissance démographique et économique sont particulièrement rapides, font face à des contraintes locales qui devraient les pousser à mettre en oeuvre des politiques transformant radicalement les systèmes de transport et de mobilité urbaine. 

> en savoir +
Les villes indiennes doivent-elles être nouvelles pour être intelligentes et soutenables ? Julien ALLAIRE

L’Inde a connu ces dernières décennies une croissance urbaine sans précédent. En 1951, seules cinq agglomérations comptaient plus d’un million d’habitants, contre 53 lors du recensement de 2011. Simultanément, le taux de motorisation a augmenté de manière exponentielle, atteignant aujourd’hui une croissance annuelle de 9 %. Au cours de la décennie 2000, le taux de motorisation a plus que doublé dans les métropoles indiennes pour atteindre 286 véhicules pour 1000 habitants.

> en savoir +
L'adaptation de la route au changement climatique : quelles options et quelles techniques ? Martiale CHEVREUIL, Directeur Innovation EGIS

Lauréat Congrès ATES ITS France 2015

Le dernier rapport du GIEC ne laisse plus guère de doute sur une évolution de notre climat avec comme principales conséquences un réchauffement des températures moyennes à l’échelle de la planète se traduisant par une montée du niveau des océans, et des phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents sous des latitudes inhabituelles. 

> en savoir +
Incitation, "ludification", tarification... - Jean-Luc YGNACE, ingénieur de recherche IFSTTAR

 

L’état de la réflexion
Réduire la congestion routière, réduire les émissions de CO2 et optimiser les réseaux de transport restent des objectifs majeurs et prennent même corps dans les orientations de nouvelles formes organisationnelles urbaines comme les « smart cities »1. Ces objectifs qualifient les comportements humains comme une composante importante des progrès attendus mais on observe depuis longtemps que la rationalité comportementale individuelle produit des externalités sociales négatives, surtout dans le domaine des réseaux de transport.

> en savoir +
Allier mobilités actives et smart mobility : Un défi relevé par les collectivités locales, les entreprises et les usagers - V. MICHAUD

Le vélo, la marche, et plus globalement les mobilités actives, font un retour en force.
La crise économique et le recul sans précédent des dotations de l’État aux collectivités locales n’expliquent pas à eux seuls cette prise en considération des modes individuels nonmotorisés. La nécessité d’optimiser les offres de transport public existantes, l’enjeu del’amélioration des chaînages modaux et le rôle que le vélo et la marche peuvent jouer dans ces deux directions sont des données majeures dans l’évolution des mobilités. Indéniablement, l’apport du numérique à la boîte à outils dont disposaient déjà les collectivités locales et les opérateurs de transport a potentialisé les démarches et contribué, avec le concours actif des usagers, à faire de nécessité vertu. Explications.

> en savoir +
Dispositifs numériques incitatifs aux modes alternatifs à la voiture en solo, Gabriel VIRETTE & Nicolas TRONCHON, Transways

 

Conscience environnementale ou contraintes ?

Selon l’enquête Eurobaromètre 416 publiée en mai 2014, 95 % des citoyens européens considèrent la protection de l’environnement comme un sujet « important » à « très important », ils étaient sensiblement aussi unanimes (94 %) en 2011 lors d’un autre sondage ; la pollution de l’air (56 %) fait notamment partie des sujets les plus inquiétants pour les européens. De la même manière, 75 % des répondants ont la sensation que les problèmes environnementaux pèsent sur leur vie de tous les jours.

> en savoir +
MICROSTOP - Olivier CARLES, Président d'Objectif Carbone et Frédéric SARKIS, Président de MICROSTOP 92

MicroStop, c’est du covoiturage dynamique, local, collaboratif. DYNAMIQUE parce qu’il met en relation en temps réel des utilisateurs qui sont en train de se déplacer, ou partent incessamment. LOCAL, parce qu’il s’adresse aux trajets de tous les jours, plutôt de courte et moyenne distance. COLLABORATIF parce que MICROSTOP est un service qui met en relation des particuliers pour partager leur voiture. Le dispositif MICROSTOP s’inscrit dans le cadre de l’économie sociale et solidaire.

> en savoir +
Les voies réservées : instrument pour une exploitation durable ? - Simon COHEN, Régine SEIDOWSKY, IFSTTAR

L’exploitation des réseaux routiers est confrontée à des défis multiples : maîtrise de la congestion, sécurité accrue, promotion de pratiques durables et protection de la biodiversité, prise en compte des innovations technologiques et déploiement de nouveaux services numériques. Ces exigences, parfois contradictoires, incitent les gestionnaires à tester – dans un contexte budgétaire tendu et en l’absence de voiries nouvelles – des solutions légères d’exploitation comme le recours aux voies réservées.

> en savoir +
Comment évaluer un projet urbain en intégrant ses impacts sur la mobilité ? Les apports du projet ANR IMPETUS - O. BONIN & J. LATERRASSE, LVMT

La critique a souvent été formulée que des projets d’écoquartier étaient contestables au regard même des objectifs proclamés, dès lors qu’on prenait en compte leurs effets induits sur les déplacements : une localisation éloignée des pôles d’emplois ou une mauvaise accessibilité en transports collectifs pouvaient par exemple remettre en cause la réalité des économies d’énergie obtenues dans la réalisation innovante du cadre bâti et la baisse des factures supportées par les habitants.

> en savoir +
Compte-rendu de la journée technique : Le stationnement intelligent : Quelles politiques pour quels services ?

La journée de réflexion et d’échanges, organisée par ATEC ITS France en partenariat avec SARECO, la Ville de Paris, Lille Métropole Européenne et le CEREMA et avec le soutien d’Egis, a présenté les nouvelles avancées en terme de stationnement intelligent. Trois ateliers ont permis d’exposer les politiques de stationnement déployées par différentes collectivités, les diverses modalités de mise en oeuvre et les nouvelles technologies développées.

> en savoir +